Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

Même quand je marcherais par la vallée de l’ombre de la mort, je ne craindrais aucun mal, car tu es avec moi. Psaume 23.4.

Elles sont douces ces paroles qui nous montrent l’assurance d’un lit de mort chrétien. Combien les ont répétées à leur dernier moment avec délice ! Mais ce verset peut s’appliquer aux agonies de l’âme pendant cette vie. Quelques-uns, comme Paul, sont chaque jour comme mis à mort par une tendance à la mélancolie. Bunyan, dans le Voyage du Chrétien, place la vallée de l’ombre de la mort bien avant la rivière qui coule au pied des collines éternelles. Plusieurs parmi nous ont passé plus d’une fois par le sombre et affreux défilé de l’ombre de la mort, et nous pouvons certifier que le Seigneur seul a pu nous aider à traverser les pensées effrayantes, les horreurs mystérieuses, et les terribles abattements dont ce passage est bordé. Mais le Seigneur nous a soutenus et nous a protégés contre toute crainte sérieuse de mal, alors même que notre esprit était près de défaillir. Nous avons été pressés et oppressés de tous côtés, et cependant nous avons survécu, car nous avons senti la présence du grand Berger, et avons été remplis par la confiance que sa houlette nous garantirait de toute blessure mortelle de l’ennemi. Si cette saison est pour nous assombrie par les ailes noires de quelque grand chagrin, glorifions Dieu par une paisible confiance en lui.

Les commentaires sont fermés.