Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Ne vous inquiétez d’aucune chose, mais en toutes occasions, exposez vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, laquelle surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos esprits en Jésus-Christ. Philippiens 4.6-7.

    Pas de soucis, mais des prières. Pas d’inquiétude, mais une joyeuse communion avec Dieu. Faites connaître vos besoins et vos désirs au Dieu de votre vie, au gardien de votre âme. Apportez-les lui avec une double mesure de prières et de ferventes louanges. Pas de doute, mais de la reconnaissance dans votre prière. Considérons que nos demandes sont exaucées par le Seigneur et bénissons l’en. Il nous accorde cette grâce; donnons-lui nos louanges. Ne tolérez pas qu’aucun besoin inavoué vienne ronger votre cœur. Faites-les tous connaître à Dieu. Recourez, non à l’homme, mais à Dieu seul, le Père de Jésus, qui vous aime en lui. Ainsi vous trouverez la paix. Vous pourrez ne pas comprendre comment vous jouissez de cette paix, mais elle vous entourera et vous remplira. Votre cœur et votre esprit seront plongés par Jésus-Christ dans un océan de paix et de repos. Vienne la vie ou la mort, la pauvreté, la souffrance ou la persécution, vous demeurerez en Jésus à l’abri de tout vent, au-dessus de tout nuage menaçant.  Obéis sons donc à cette gracieuse invitation de Dieu.  Oui, Seigneur, je crois; mais, je t’en supplie, aide-moi dans mon incrédulité !

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Je suis avec toi, et personne ne mettra la main sur toi pour te faire du mal. Actes 18.10.

    Aussi longtemps que Dieu eut de l’ouvrage pour Paul à Corinthe, la fureur de la populace fut contenue. Les Juifs s’attaquaient entre eux et blasphémaient; mais arrêter la prédication de l’Évangile et empêcher la conversion de ceux qui l’écoutaient leur était impossible. Dieu a domination même sur les esprits les plus violents et il tire sa louange de la fureur des hommes, Lorsque celle-ci éclate; mais il manifeste plus encore sa bonté en enrayant leur colère. « Par la grandeur de ton bras ils seront rendus stupides comme une pierre, jusqu’à ce que ton peuple, ô Éternel, jusqu’à ce que ton peuple soit passé. » N’ayez donc aucune crainte de l’homme quand vous savez que vous agissez suivant le devoir. Allez de l’avant comme Jésus l’aurait fait, et vous verrez ceux qui vous font opposition semblables à des roseaux brisés et à des flambeaux éteints. Que d’hommes qui, pour s’être laissé effrayer, ont dû reculer; tandis qu’une foi invincible en Dieu dompte la peur comme un géant déchire les toiles d’araignées qu’il rencontre sur son chemin. Aucun homme ne peut nous nuire sans la permission de Dieu. Celui qui, d’un mot, met en fuite Satan lui-même, contrôlera aussi les agents de Satan. Il se peut qu’ils soient déjà plus effrayés de vous que vous ne l’êtes d’eux. C’est pourquoi, en avant; vous rencontrerez des amis là où vous croyiez trouver des ennemis.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    L’Éternel fera de toi la tête et non la queue. Deutéronome 28.13.

    Si nous obéissons à l’Éternel, il obligera nos adversaires à reconnaître que sa bénédiction est sur nous, et cette promesse, quoique appartenant à la loi, reste vraie pour le peuple de Dieu; car Jésus a enlevé la malédiction pour établir la bénédiction. Il appartient aux saints de conduire la marche des autres hommes, en exerçant sur eux une sainte influence : leur place ne sera pas à la queue pour y être ballottés de côté et d’autre.  Ils ne doivent pas céder à l’esprit du siècle, mais contraindre le siècle de à rendre hommage à Christ. Si Christ est avec nous, nous ne nous contenterons pas de demander la tolérance pour la religion, mais nous voudrons voir celle-ci assise sur le trône de la société. Le Seigneur n’a-t-il pas fait des siens un peuple de sacrificateurs ! C’est donc à ce peuple à enseigner, et non à s’asseoir à l’école de la philosophie incrédule. Dieu ne nous a-t-il pas, en Christ, faits rois pour régner sur la terre ? Comment pouvons-nous donc être asservis aux usages et rester esclaves de l’opinion ?  Et maintenant, avez-vous pris votre vraie position en Jésus ?  Trop nombreux sont ceux qui se taisent par crainte, sinon par lâcheté. Permettrons-nous que le nom de Christ soit laissé à l’arrière- plan ? Notre religion sera-t-elle donc tramée comme la queue ? Ne doit-elle pas, au contraire, être en tête, pour montrer le chemin, et être la puissance qui nous dirige, nous et les autres ?

  • Une promesse pour vous aujourd'hui

    Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. Jacques 4.8.

    Plus nous nous approchons de Dieu, plus il se révèle complaisamment à nous. Quand l’enfant prodigue retourne à son père, le père court à sa rencontre. Quand la colombe revint à l’arche, Noé étendit la main vers elle pour la prendre à lui. Lorsque l’épouse vient chercher auprès de son mari l’affection dont elle a besoin, il vient à elle avec amour. Viens aussi et approche-toi du Dieu dont la grâce t’invite, car il vient en personne à ta rencontre. Avez-vous jamais remarqué ce passage d’Ésaïe 58.9 : « Tu crieras, et il dira Me voici. » Le Seigneur semble ici se mettre à la disposition des siens en répondant : « Me voici, » comme pour leur demander. « Qu’avez-vous à me dire ? Que puis-je faire pour vous ? - Me voici pour vous bénir. » Comment hésiter à nous approcher ? Dieu est près pour nous pardonner, nous bénir, nous consoler, nous aider, nous fortifier, nous délivrer. Que nous approcher de Dieu soit aujourd’hui notre but principal. Cela fait, tout est fait. Si nous nous approchons des hommes, nous les verrons peut-être se fatiguer de nous et nous abandonner bientôt; mais si nous recherchons le Seigneur seul, son attitude envers nous ne changera jamais. Il s’approchera de plus en plus de nous pour nous faire jouir d’une communion de plus en plus intime et profonde.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    L’Eternel le soutiendra quand il sera sur un lit de langueur. Psaume41.4.

    Souviens toi que cette promesse est pour celui qui s’intéresse aux pauvres. Es-tu un de celui-là ? S’il en est ainsi, tu peux te l’approprier, mais à cette seule condition.  Vois comment, à l’heure de la maladie, le Dieu des pauvres sait bénir celui qui s’occupe des pauvres. Les bras éternels soutiennent son âme comme le ferait la main, d’un ami; et de moelleux coussins viennent appuyer son corps souffrant.  Quelle douce et sympathique image que celle employée ici, et qu’elle nous fait voir Dieu près de nous dans nos infirmités.et nos maladies ! Qui eût pensé chose semblable du Jupiter ancien, ou des dieux de la Chine ou des Indes ? Mais voici, c’est le langage du Dieu d’Israël qui s’abaisse à devenir l’infirmier et le garde des hommes de bien. Quand il frappe d’une main, il soutient de l’autre. Oh, quelle souffrance bénie que celle qui nous fait nous appuyer sur le sein de notre Dieu ! Sa grâce est le meilleur de tous les fortifiants et son amour le plus sûr de tous les stimulants; et quand nous serions malades au point que les os nous percent la peau, il donnera à notre âme une force de géant. Il n’est pas de médecin plus habile que notre Dieu, de tonique plus puissant que sa promesse, de vin plus fortifiant que son amour.  Si nous manquons à nos devoirs envers les pauvres, voyons par là ce que nous perdons, et devenons leurs amis et leurs soutiens.

  • Les trésors de la foi de Charles Haddon Spurgeon

    Si tu te couches, tu n’auras point de frayeur, et quand tu seras couché, ton sommeil sera doux. Proverbes 3.24.

    As tu, cher lecteur, la triste perspective d’être retenu sur un lit de maladie ? Ne t’en laisse pas épouvanter, mais conserve cette promesse sur ton cœur, et quand tu seras couché, tu seras à l’abri de la frayeur. Quand tu te mets au lit, place-la aussi sous ton oreiller. Nous ne pouvons pas nous garder nous-mêmes pendant notre sommeil, mais le Seigneur veille sur nous toute la nuit. Ceux qui sont sous la protection du Tout-Puissant sont plus en sécurité que les souverains dans leurs palais. Si, pendant notre sommeil, nous pouvons nous reposer de nos soucis et de nos préoccupations, nous trouverons sur notre couche un délassement qu’ignorent les esprits inquiets ou ambitieux. Nos rêves fâcheux disparaîtront, et s’ils devaient encore venir nous troubler, nous oublierons l’impression qu’ils produisent sur nous, sachant que ce ne sont que des rêves. Nous pouvons donc dormir avec tranquillité, sous la garde de notre Dieu. Combien était paisible et doux le sommeil dé Pierre quand l’ange vint réveiller. Encore dut-il le pousser pour l’en faire sortir. Cependant sa sentence de mort était prononcée pour le lendemain. C’est ainsi que plus d’un martyr a dormi avant de monter sur le bûcher, « car il donne le repos à ses bien-aimés. » Pour que notre sommeil soit doux, veillons à ce que notre humeur, notre manière d’être, nos pensées et nos affections soient toujours empreintes de douceur.