Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Promesses

  • Une promesse pour vous aujourd'hui

    Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. Jacques 4.8.

    Plus nous nous approchons de Dieu, plus il se révèle complaisamment à nous. Quand l’enfant prodigue retourne à son père, le père court à sa rencontre. Quand la colombe revint à l’arche, Noé étendit la main vers elle pour la prendre à lui. Lorsque l’épouse vient chercher auprès de son mari l’affection dont elle a besoin, il vient à elle avec amour. Viens aussi et approche-toi du Dieu dont la grâce t’invite, car il vient en personne à ta rencontre. Avez-vous jamais remarqué ce passage d’Ésaïe 58.9 : « Tu crieras, et il dira Me voici. » Le Seigneur semble ici se mettre à la disposition des siens en répondant : « Me voici, » comme pour leur demander. « Qu’avez-vous à me dire ? Que puis-je faire pour vous ? - Me voici pour vous bénir. » Comment hésiter à nous approcher ? Dieu est près pour nous pardonner, nous bénir, nous consoler, nous aider, nous fortifier, nous délivrer. Que nous approcher de Dieu soit aujourd’hui notre but principal. Cela fait, tout est fait. Si nous nous approchons des hommes, nous les verrons peut-être se fatiguer de nous et nous abandonner bientôt; mais si nous recherchons le Seigneur seul, son attitude envers nous ne changera jamais. Il s’approchera de plus en plus de nous pour nous faire jouir d’une communion de plus en plus intime et profonde.

  • Les trésors de la foi de Charles Haddon Spurgeon

    Si tu te couches, tu n’auras point de frayeur, et quand tu seras couché, ton sommeil sera doux. Proverbes 3.24.

    As tu, cher lecteur, la triste perspective d’être retenu sur un lit de maladie ? Ne t’en laisse pas épouvanter, mais conserve cette promesse sur ton cœur, et quand tu seras couché, tu seras à l’abri de la frayeur. Quand tu te mets au lit, place-la aussi sous ton oreiller. Nous ne pouvons pas nous garder nous-mêmes pendant notre sommeil, mais le Seigneur veille sur nous toute la nuit. Ceux qui sont sous la protection du Tout-Puissant sont plus en sécurité que les souverains dans leurs palais. Si, pendant notre sommeil, nous pouvons nous reposer de nos soucis et de nos préoccupations, nous trouverons sur notre couche un délassement qu’ignorent les esprits inquiets ou ambitieux. Nos rêves fâcheux disparaîtront, et s’ils devaient encore venir nous troubler, nous oublierons l’impression qu’ils produisent sur nous, sachant que ce ne sont que des rêves. Nous pouvons donc dormir avec tranquillité, sous la garde de notre Dieu. Combien était paisible et doux le sommeil dé Pierre quand l’ange vint réveiller. Encore dut-il le pousser pour l’en faire sortir. Cependant sa sentence de mort était prononcée pour le lendemain. C’est ainsi que plus d’un martyr a dormi avant de monter sur le bûcher, « car il donne le repos à ses bien-aimés. » Pour que notre sommeil soit doux, veillons à ce que notre humeur, notre manière d’être, nos pensées et nos affections soient toujours empreintes de douceur.

  • Promesses pour aujourd'hui

    Il fait grâce aux humbles. Jacques 4.6.

    Les cœurs humbles cherchent la grâce et la trouvent.  Ils cèdent à sa douce influence, et cette grâce leur est accordée de plus en plus largement. Les cœurs humbles demeurent dans les vallées qu’arrosent les fleuves de la grâce, dont ils boivent les eaux constamment. Ils sont reconnaissants de cette grâce et en donnent gloire à Dieu, et Dieu met son bonheur à la leur multiplier.  Viens, cher lecteur, et prends une place inférieure. Sois petit à tes propres yeux, afin que le Seigneur puisse t’estimer. Peut-être te dis-tu : « Je crains de ne pas être humble. » II se peut que ce soit le langage de la vraie humilité. Quelques-uns se vantent d’être humbles, et c’est là la pire forme de l’orgueil. Nous ne sommes en définitive que de pauvres, de faibles et de misérables créatures qui ne méritons rien, si ce n’est l’enfer, et qui n’avons aucune raison de nous élever. Humilions-nous d’avoir péché contre l’humilité, et le Seigneur nous fera goûter sa faveur. C’est la grâce qui nous rend humbles et la grâce encore qui trouve dans notre humilité une occasion d’accorder une grâce plus grande. Abaissons-nous donc pour pouvoir être élevés. Soyons des pauvres d’esprit afin que Dieu nous rende riches. Soyons humbles afin de ne pas avoir à être humiliés, mais de pouvoir être élevés par la grâce de Dieu. « Marchez avec les humbles. » « Celui qui est humble d’esprit obtient la gloire. »

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Tu marcheras en assurance par ton chemin, et ton pied ne heurtera point. Proverbes 3.23.T

    C’est-a-dire que si tu suis le chemin de la sagesse et de la sainteté, tu y seras gardé. Celui qui marche sur la route royale est sous la protection du roi. Il y a pour tout homme une voie qui est la vocation particulière de sa vie; et celui qui y marche fidèlement dans la crainte de Dieu sera préservé du mal. Nous ne voyagerons peut-être pas avec luxe, mais nous marcherons en assurance; nous ne serons peut-être pas capables de courir comme des jeunes gens, mais nous pourrons marcher comme des hommes de bien. Notre plus grand danger, nous le trouvons en nous-mêmes; notre faible pied, hélas, peut broncher facilement. Demandons une force morale plus grande, afin de surmonter cette tendance à glisser. Quelques-uns bronchent et tombent parce qu’ils ne voient pas les pierres sur leur chemin. La grâce divine nous rend capables de reconnaître le péché et de l’éviter. Réclamons l’effet de cette promesse. Notre plus grand péril, c’est notre négligence, et c’est contre ce danger que le Seigneur nous a mis en garde par ces paroles : « Veillez et priez. » Oh, que la grâce nous soit donnée de marcher chaque jour sans broncher une seule fois. Il ne suffit pas d’être préservé de tomber. Notre cri devrait être que nos pieds soient parfaitement gardés de glisser, en sorte que nous puissions adorer « Celui qui peut nous préserver de toute chute. »