Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

foi

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Je te châtierai par mesure. Jérémie 30.11.

    Ne jamais être châtié serait un signe fâcheux: de la part de Dieu, cela signifierait: « Il s’est attaché aux idoles: laissez-le.» Dieu veuille que ce ne soit jamais notre lot ! Une prospérité ininterrompue est une chose qui devrait nous faire craindre et trembler. Tous ceux que Dieu aime tendrement, il les reprend et les châtie: ceux qu’il n’estime pas, il leur donne le loisir de s’engraisser à leur aise comme les bœufs destinés à la boucherie. Mais, dans son amour, notre Père céleste use de la verge avec ses enfants. Cependant remarque que ce sera « avec mesure » qu’il te corrigera. L’amour du Père t’est donné sans mesure, mais son châtiment t’est mesuré soigneusement. Un homme ne pouvait, sous l’ancienne loi israélite, recevoir que « quarante coups de verge moins un; » cela forçait de compter exactement et limitait la souffrance. Ainsi encore, pour tout membre du peuple de la foi, chaque coup est compté. C’est la mesure de la sagesse, la mesure de la sympathie, la mesure de l’amour qui règle notre châtiment. Loin de nous la pensée de nous rebeller contre le règlement divin. Seigneur, si tu es à mon côté pour compter les gouttes amères dans la coupe de ma souffrance, je la prendrai avec joie de ta main et la boirai suivant tes saintes directions en te disant ! « Que ta volonté soit faite. » J’ai confiance en toi, mon Père, car tu sais ce qui est bon pour ton enfant.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Celui qui respecte le commandement en aura la récompense. Proverbes 13.13.

    Une sainte crainte de la Parole de Dieu est un placement à gros intérêts. Les hommes se croient plus sages que la Parole de Dieu et se permettent de la juger. Mais « je n’ai point agi ainsi à cause de la crainte de mon Dieu. » Nous tenons le livre divin pour infaillible, et lui prouvons notre estime par notre obéissance. Cette Parole ne nous donne pas de terreur, mais nous cause une crainte filiale. Nous ne sommes pas effrayés de ses menaces parce que nous craignons ses commandements. Cette crainte du commandement nous donne le repos de l’humilité que nous préférons à l’insouciance de l’orgueil. Elle devient un guide dans nos mouvements, un stimulant pour monter la colline, un frein si nous la descendons. Préservés du mal, et conduits sur la voie de la justice par l’obéissance à ses préceptes, nous gagnons ainsi une conscience tranquille, la libération de toute crainte, l’assurance d’être agréables à Dieu, en un mot le ciel sur la terre. Les impies peuvent tourner en ridicule la vénération que nous avons pour la Parole de Dieu, mais nous n’y prenons pas garde. Le prix de notre vocation céleste nous est une consolation suffisante et la récompense attachée à notre obéissance nous fait dédaigner les mépris des dédaigneux.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Comme le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mangera, vivra par moi. Jean 6.57.

    C'est par la vertu de notre union avec le Fils de Dieu que nous vivons. Comme Dieu-homme et Médiateur, Jésus vit par le Père qui l’a envoyé, lequel existe par lui-même; de même aussi nous vivons nous-mêmes par ce Sauveur qui nous a vivifiés. Source de notre vie, Christ la soutient aussi. De même que la vie de notre corps est entretenue par les aliments, de même notre vie spirituelle ne peut être maintenue que par la nourriture spirituelle qui est Jésus. Ce qui nous fait vivre, ce n’est pas sa vie, sa mort, son œuvre ou ses paroles, c’est lui-même, en qui toutes ces choses sont contenues. Nous nous nourrissons de Jésus lui-même. Ceci a lieu pour nous, non seulement quand nous prenons la Cène du Seigneur, mais encore quand nous méditons sur lui, que nous croyons en lui d’une foi qui le saisit, et le laissons-nous pénétrer par son amour, nous assimilant sa personne par la puissance de la vie intérieure. Nous savons ce que c’est que de se nourrir de Jésus, mais nous sommes incapables de l’exprimer. Le plus sûr est de le pratiquer toujours davantage. Nous sommes invités à manger abondamment et nous trouverons un bénéfice infini à faire de lui notre pain et notre breuvage. Je te remercie, Seigneur, de ce que, si c’est là une nécessité pour ma vie intérieure, c’est aussi mon plus grand délice; et je me nourris de toi à cette heure.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    L’Éternel, ton Dieu, circoncira ton cœur, et le cœur de ta postérité, afin que tu aimes l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur et de toute ton âme, et que tu vives. Deutéronome 30.6.

    Nous voyons ici ce qu’est la vraie circoncision. L’auteur en est « l’Éternel, ton Dieu. » Lui seul peut agir efficacement dans notre cœur, le dépouiller de ce qu’il a de charnel et de souillé. Faire que nous aimions Dieu de tout notre cœur et de toute notre âme est un miracle de grâce que, seul, le Saint-Esprit peut opérer. Pour cela, regardons au Seigneur uniquement, et ne soyons jamais satisfaits tant que nous resterons en deçà. Cette circoncision ne s’opère pas sur la chair, mais sur le cœur. Elle est la marque essentielle de l’Alliance de grâce. L’amour de Dieu est le signe indélébile donné à la race élue. Par ce sceau secret, l’élection de grâce est confirmée au croyant. Que notre confiance ne repose pas sur un rite extérieur; qu’elle soit scellée dans notre cœur par l’opération du Saint-Esprit. Or Dieu veut faire cela en toi, « afin que tu vives. » L’affection de la chair donne la mort. Par la victoire sur la chair nous trouvons la vie et la paix. Si nous marchons selon l’Esprit, nous vivrons. Que l’Éternel notre Dieu achève son œuvre de grâce dans notre nature, afin que dans le sens le plus élevé et le plus complet du mot, nous puissions vivre pour le Seigneur.

  • Le comptoir d'église est à votre disposition


    Le comptoir d'église est ouvert tous les dimanches après le culte, ainsi que tous les mardis de 15 à 18 h et les mercredis de 9h30 à 12 h. au 11, rue du Colonel de Faucher à Saintes. Lionel LACOMBE sera heureux de vous y accueillir.
    L'accueil, le sourire, la compétence seront au rendez-vous.

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer