Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

promesse

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Amasias répondit à l’homme de Dieu: mais que deviendront les cent talents que j’ai donnés aux troupes d’Israël? Et l’homme de Dieu dit: L’Éternel en a pour t’en donner beaucoup plus. 2 Chroniques 25.9.

    Si vous avez fait une erreur, subissez-en la conséquence, mais n’agissez pas contrairement à la volonté de Dieu. Le Seigneur peut vous donner bien plus que ce que vous risquez de perdre. Et s’il ne le fait pas, commencerez-vous à marchander et à contester avec lui ? Le roi de Juda avait engagé une armée d’israélites idolâtres, et il reçoit l’ordre de les renvoyer dans leur pays, parce que l’Éternel n’était pas avec eux. Il désirait obéir et licencier cette troupe, mais regrettait l’argent payé pour rien. Quelle honte ! Si l’Éternel lui donnait la victoire sans les mercenaires, il faisait quand même une bonne affaire en leur donnant leur paie et en les licenciant. Ne crains pas de perdre de l’argent pour cause de conscience, pour l’amour de la paix et de Christ. Sois assuré que les pertes que tu pourrais faire pour le Seigneur ne sont pas des pertes. Pendant cette vie déjà, elles sont plus que compensées, et dans bien des cas le Seigneur empêche qu’il y ait aucun préjudice pour nous. De toute manière ce qui est perdu ici-bas pour Jésus est placé dans le ciel. Ne t’inquiète point d’un désastre apparent, mais écoute la voix qui te dit : « L’Éternel en a pour t’en donner beaucoup plus.»

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    La crainte de l’Éternel accroît le nombre des jours ; mais les ans des méchants seront retranchés. Proverbes 10.27.

    Il n’y a pas de doute; la crainte de l’Éternel donne des habitudes saines qui préviennent la dissipation de la vie par le fait du péché et du vice. Le saint repos qui provient de la foi au Seigneur Jésus est un grand secours et un excellent remède pour le malade. Le médecin se réjouit toujours de trouver un esprit tout à fait paisible chez ses patients. L’inquiétude tue, mais la confiance en Dieu est une médecine qui guérit. Nous avons ici les dispositions en vue d’une longue vie, et si nous les suivons pour notre bien, nous verrons une heureuse vieillesse et n’atteindrons la tombe que moissonnée en notre saison. Ne soyons donc pas tourmentés par la crainte d’une fin subite, dès que nous sentons le moindre mal de doigt, mais ayons cette confiance que Dieu veut nous donner de longs jours pour son service. Si toutefois son dessein était de nous appeler de bonne heure à des sphères supérieures, il y aurait encore lieu de nous réjouir de cette Dispensation. « Soit que nous vivions, soit que nous mourrions, nous sommes au Seigneur. » Si nous vivons, Jésus sera avec nous, si nous mourons, nous serons avec lui. Le plus sûr moyen de prolonger notre vie, c’est de vivre, non de végéter, tandis que nous sommes ici-bas, ne perdant point de temps, mais consacrant chacune de nos heures à poursuivre le but le plus élevé, et nous dévouant à l’œuvre la plus utile pour lui. Qu’il en soit ainsi en ce jour !

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Même quand je marcherais par la vallée de l’ombre de la mort, je ne craindrais aucun mal, car tu es avec moi. Psaume 23.4.

    Elles sont douces ces paroles qui nous montrent l’assurance d’un lit de mort chrétien. Combien les ont répétées à leur dernier moment avec délice ! Mais ce verset peut s’appliquer aux agonies de l’âme pendant cette vie. Quelques-uns, comme Paul, sont chaque jour comme mis à mort par une tendance à la mélancolie. Bunyan, dans le Voyage du Chrétien, place la vallée de l’ombre de la mort bien avant la rivière qui coule au pied des collines éternelles. Plusieurs parmi nous ont passé plus d’une fois par le sombre et affreux défilé de l’ombre de la mort, et nous pouvons certifier que le Seigneur seul a pu nous aider à traverser les pensées effrayantes, les horreurs mystérieuses, et les terribles abattements dont ce passage est bordé. Mais le Seigneur nous a soutenus et nous a protégés contre toute crainte sérieuse de mal, alors même que notre esprit était près de défaillir. Nous avons été pressés et oppressés de tous côtés, et cependant nous avons survécu, car nous avons senti la présence du grand Berger, et avons été remplis par la confiance que sa houlette nous garantirait de toute blessure mortelle de l’ennemi. Si cette saison est pour nous assombrie par les ailes noires de quelque grand chagrin, glorifions Dieu par une paisible confiance en lui.