Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

trésors

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Je suis avec toi, et personne ne mettra la main sur toi pour te faire du mal. Actes 18.10.

    Aussi longtemps que Dieu eut de l’ouvrage pour Paul à Corinthe, la fureur de la populace fut contenue. Les Juifs s’attaquaient entre eux et blasphémaient; mais arrêter la prédication de l’Évangile et empêcher la conversion de ceux qui l’écoutaient leur était impossible. Dieu a domination même sur les esprits les plus violents et il tire sa louange de la fureur des hommes, Lorsque celle-ci éclate; mais il manifeste plus encore sa bonté en enrayant leur colère. « Par la grandeur de ton bras ils seront rendus stupides comme une pierre, jusqu’à ce que ton peuple, ô Éternel, jusqu’à ce que ton peuple soit passé. » N’ayez donc aucune crainte de l’homme quand vous savez que vous agissez suivant le devoir. Allez de l’avant comme Jésus l’aurait fait, et vous verrez ceux qui vous font opposition semblables à des roseaux brisés et à des flambeaux éteints. Que d’hommes qui, pour s’être laissé effrayer, ont dû reculer; tandis qu’une foi invincible en Dieu dompte la peur comme un géant déchire les toiles d’araignées qu’il rencontre sur son chemin. Aucun homme ne peut nous nuire sans la permission de Dieu. Celui qui, d’un mot, met en fuite Satan lui-même, contrôlera aussi les agents de Satan. Il se peut qu’ils soient déjà plus effrayés de vous que vous ne l’êtes d’eux. C’est pourquoi, en avant; vous rencontrerez des amis là où vous croyiez trouver des ennemis.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    L’Eternel le soutiendra quand il sera sur un lit de langueur. Psaume41.4.

    Souviens toi que cette promesse est pour celui qui s’intéresse aux pauvres. Es-tu un de celui-là ? S’il en est ainsi, tu peux te l’approprier, mais à cette seule condition.  Vois comment, à l’heure de la maladie, le Dieu des pauvres sait bénir celui qui s’occupe des pauvres. Les bras éternels soutiennent son âme comme le ferait la main, d’un ami; et de moelleux coussins viennent appuyer son corps souffrant.  Quelle douce et sympathique image que celle employée ici, et qu’elle nous fait voir Dieu près de nous dans nos infirmités.et nos maladies ! Qui eût pensé chose semblable du Jupiter ancien, ou des dieux de la Chine ou des Indes ? Mais voici, c’est le langage du Dieu d’Israël qui s’abaisse à devenir l’infirmier et le garde des hommes de bien. Quand il frappe d’une main, il soutient de l’autre. Oh, quelle souffrance bénie que celle qui nous fait nous appuyer sur le sein de notre Dieu ! Sa grâce est le meilleur de tous les fortifiants et son amour le plus sûr de tous les stimulants; et quand nous serions malades au point que les os nous percent la peau, il donnera à notre âme une force de géant. Il n’est pas de médecin plus habile que notre Dieu, de tonique plus puissant que sa promesse, de vin plus fortifiant que son amour.  Si nous manquons à nos devoirs envers les pauvres, voyons par là ce que nous perdons, et devenons leurs amis et leurs soutiens.