Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    15 Octobre - Comme le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mangera, vivra par moi. Jean 6.57.

    C'est par la vertu de notre union avec le Fils de Dieu que nous vivons. Comme Dieu-homme et Médiateur, Jésus vit par le Père qui l’a envoyé, lequel existe par lui-même; de même aussi nous vivons nous-mêmes par ce Sauveur qui nous a vivifiés. Source de notre vie, Christ la soutient aussi. De même que la vie de notre corps est entretenue par les aliments, de même notre vie spirituelle ne peut être maintenue que par la nourriture spirituelle qui est Jésus. Ce qui nous fait vivre, ce n’est pas sa vie, sa mort, son œuvre ou ses paroles, c’est lui-même, en qui toutes ces choses sont contenues. Nous nous nourrissons de Jésus lui-même. Ceci a lieu pour nous, non seulement quand nous prenons la Cène du Seigneur, mais encore quand nous méditons sur lui, que nous croyons en lui d’une foi qui le saisit, et le laissons-nous pénétrer par son amour, nous assimilant sa personne par la puissance de la vie intérieure. Nous savons ce que c’est que de se nourrir de Jésus, mais nous sommes incapables de l’exprimer. Le plus sûr est de le pratiquer toujours davantage. Nous sommes invités à manger abondamment et nous trouverons un bénéfice infini à faire de lui notre pain et notre breuvage. Je te remercie, Seigneur, de ce que, si c’est là une nécessité pour ma vie intérieure, c’est aussi mon plus grand délice; et je me nourris de toi à cette heure.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    14 Octobre - Quiconque donc me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est aux cieux. Matthieu10.32.

    Belle promesse ! C’est une joie pour moi de confesser mon Sauveur. Quelles qu’aient pu être mes fautes, je n’ai pas honte de Jésus, et ne crains pas de déclarer ma foi en sa croix. Seigneur, je ne cache point ta justice au dedans de mon cœur. Douce perspective, que celle que me propose le texte. Mes amis m’abandonnent, et mes ennemis triomphent, mais le Seigneur ne désavouera pas son serviteur. Dès ici-bas déjà, mon maître me reconnaîtra pour sien, et me donnera des signes de sa faveur. Mais un jour viendra où j’aurai à me présenter devant le Souverain. Quelle joie de penser qu’alors Jésus pourra me confesser, disant: « Cet homme a vraiment cru en moi; il a consenti à recevoir des reproches pour mon nom; je le reconnais pour mien. » Un homme qui a défendu la cause de son souverain peut être anobli de sa main et recevoir une marque, d’honneur. Mais qu’est-ce, à côté de la gloire incomparable d’être confessé dans les cieux en présence de la Majesté divine. Oh, que je n’aie jamais honte de mon Sauveur ! Que jamais ma faiblesse ne me dicte un lâche silence ni aucun compromis complaisant. Rougirai-je de confesser Celui qui promet de me confesser à son tour ?

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    13 Octobre - Que mon peuple, sur lequel mon nom est réclamé, s’humilie, et prie, et recherche ma face, et se détourne de ses mauvaises voies; alors je l’exaucerai des cieux, je pardonnerai leurs péchés, et je guérirai leur pays. 2 Chroniques 7.14.

    Nous qui nous réclamons du Nom de l’Éternel, nous n’en sommes pas moins sujets à nous égarer. Quelle grâce de la part de notre Dieu qu’il soit prêt à pardonner. Si nous avons péché, courons à son trône de grâce afin d’y trouver le pardon. Humilions-nous d’abord. Ne devrions-nous pas être humiliés qu’après avoir tant reçu de son amour, nous puissions encore pécher ? Seigneur, nous nous prosternons dans la poussière devant toi, car nous confessons notre ingratitude coupable. Oh, infamie du péché ! Infamie sept fois plus grande de la part d’êtres qu’il a tant supportés ! Prions ensuite pour obtenir grâce, et pour être purifiés et délivrés de la puissance du péché. Seigneur, entends-nous encore aujourd’hui et ne repousse pas notre cri ! Dans cette prière, cherchons la face du Seigneur, s’il nous a délaissés à cause de nos fautes, et conjurons-le de revenir à nous. Seigneur, regarde-nous en Jésus ton Fils et souris de nouveau à tes serviteurs. Avec cela détournons-nous du mal; Dieu ne pourra se tourner vers nous que quand nous nous serons détournés du péché. Alors enfin, nous recevons la triple assurance d’être entendus, pardonnés, guéris. Notre Père, accorde-nous ces grâces pour l’amour de Jésus !