Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise Protestante Evangélique de Saintes

  • Promesses pour aujourd'hui

    Vous servirez l’Éternel, votre Dieu, et il bénira ton pain et tes eaux. Exode 23.25.

    Quelle promesse ! Servir Dieu est déjà en soi-même un délice. Mais quel privilège s’y ajoute, si sa bénédiction repose encore sur nous en tout. Les choses les plus ordinaires deviennent sanctifiées et bénies, quand nous-mêmes sommes consacrés au Seigneur. Le Seigneur Jésus prit du pain et le bénit : pour nous aussi, le pain que nous mangeons est un pain béni. Jésus bénit l’eau et en fit du vin : l’eau que nous buvons est infiniment meilleure qu’aucun des vins qui réjouissent les hommes; chacune de ses gouttes porte avec elle une grâce. La bénédiction divine repose sur l’homme de Dieu eu toutes choses, et demeure avec Lui en tout temps. Et si nous n’avons que du pain et de l’eau ? Eh bien ! Ce pain et cette eau sont bénis. Le pain et l’eau, nous les aurons; condition nécessaire, car il faut qu’ils existent pour que Dieu puisse les bénir: « Ton pain te sera donné et tes eaux ne te manqueront point » Ésaïe 33.16. Avec Dieu à notre table, non seulement nous demandons une bénédiction, mais nous l’avons. Ce n’est pas à l’autel seulement, mais à table que nous la recevons. Il sert bien ceux qui le servent bien. Et cette bénédiction de la table n’est pas un dû, mais une grâce; grâce triple en réalité : il nous accorde la grâce de le servir; par grâce aussi, et pour ce service, il nous nourrit de pain; et sa grâce, enfin, bénit encore ce pain.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

     L’Éternel t’ouvrira son bon trésor. Deutéronome 28.12.

    Ceci est relatif la pluie, que l’Éternel donnera en sa saison. La pluie est l’emblème des rafraîchissements célestes que le Seigneur est prêt à répandre sur son peuple.  Oh! Qu’une abondante ondée vienne arroser son héritage !  Volontiers nous croyons que ce trésor ne peut être ouvert que par un grand prophète comme Élie; mais il n’en est pas ainsi, car cette promesse est pour tous, les fidèles d’Israël, c’est-à-dire pour chacun d’eux en particulier. Ami croyant, l’Éternel ouvrira pour toi son bon trésor. Toi aussi, tu peux voir le ciel ouvert, et y plonger ta main pour y prendre ta portion, même une portion pour tous les frères qui t’entourent. Demande ce que tu veux : si tu demeures en Christ et que ses paroles demeurent en toi, cela ne te sera pas refusé. Jusqu’ici, tu n’as point encore fait connaissance avec tous les trésors de ton Seigneur; mais il les découvrira à ton esprit. Certainement tu ne jouis pas encore de la plénitude des richesses de son alliance; mais il manifestera son amour à ton cœur et te révélera Jésus. Lui seul peut faire ces choses pour toi. Or voici sa promesse; et si tu écoutes diligemment sa voix, en obéissant sa volonté, les richesses de la gloire en Jésus-Christ sont à toi.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Un seul d’entre vous en poursuivra mille; car l’Eternel, votre Dieu, est celui qui combat pour vous, comme il vous en a parlé. Josué 23.10.

    Pourquoi compter les têtes ? Un homme avec Dieu est une majorité quand bien même ils seraient mille contre lui. II se peut que nos aides soient trop nombreux pour que Dieu puisse agir par leur moyen, comme ce fut le cas pour Gédéon qui accrut ses forces en diminuant ses combattants. Les armées de Dieu ne sont jamais trop petites. Quand il voulut fonder une nation, il appela le seul Abraham et le bénit. Pour vaincre le superbe Pharaon, il n’employa que Moïse et Aaron. Dieu s’est servi aussi souvent d’un homme seul que de troupes exercées conduites par d’habiles officiers. Tous les Israélites réunis en ont-ils battu autant que Samson tout seul ? Saül et ses armées ont frappé leur mille, et David ses dix mille.  Le Seigneur peut donner à l’ennemi de grands avantages, et le battre en fin de cause. Si nous avons la foi, nous avons Dieu avec nous, et que nous peuvent les multitudes humaines ? Un chien de berger peut chasser devant lui un grand troupeau. Si le Seigneur t’a envoyé, mon frère, sa force accomplira avec toi son, plan divin. Repose toi donc sur cette promesse, et montre-toi courageux.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Car il délivrera le misérable qui criera à lui, et l’affligé, et celui qui n’a personne qui l’aide. Psaume 72.12.

    Le misérable crie; que peut-il faire d’autre ? Son cri est entendu de Dieu; que lui faut-il de plus ? Que celui de mes lecteurs qui est misérable crie donc à lui, ce sera sa sagesse. Ne criez pas aux oreilles de vos amis, car même s’ils peuvent vous aider, ce ne sera que par le secours du Seigneur. Le plus sûr est d’aller droit à Dieu et de faire monter votre cri vers lui. Celui qui court droit au but est le meilleur des coureurs. Courez à Dieu et non aux moyens secondaires. « Hélas! » dites-vous, « je n’ai ni ami ni secours » D’autant mieux; ce sont là deux bonnes raisons d’aller à lui. Votre double besoin sera votre double cause. Pour vos grâces temporelles mêmes, vous pouvez vous attendre à Dieu, car il s’occupe aussi des besoins temporels de ses enfants. Et pour les secours spirituels, de beaucoup les plus nécessaires, le Seigneur n’entendrait pas votre cri et ne vous donnerait pas aide et délivrance ?  O pauvre ami, ton Dieu est riche ! Et toi qui es sans force, appuie-toi sur lui. IL ne m’a jamais fait défaut et il ne te manquera jamais. Viens comme un mendiant; Dieu ne te repoussera pas. Viens sans autre excuse que sa grâce.  Jésus est Roi, te laissera-t-il périr ? Peux-tu le croire ?

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Quand je marche au milieu de la détresse, tu me rends la vie; tu étends ta main sur la colère de mes ennemis et ta droite me sauve. Psaume 138.7.

    S'il semble affreux de marcher dans la détresse, cette marche est bénie, car une promesse spéciale lui est attachée. Et si j’ai une promesse, que devient cette détresse ? Qu’est-ce que le Seigneur m’enseigne ici ? Ce « tu me rends la vie, » m’annonce que j’aurai alors plus de vie, plus d’énergie, plus de foi. N’est-il pas vrai souvent, que la difficulté nous ravive, comme le fait une bouffée d’air frais quand nous nous sentons défaillir ?  Devant la rage de mes ennemis et principalement du grand Ennemi, étendrai-je la main pour les frapper ? Non ; elle sera plus utile en travaillant pour le Seigneur. Du reste, à quoi bon, car mon Dieu déploiera son bras, plus puissant que le mien, et agira contre eux mieux que je ne le saurais faire. « La vengeance est à moi; je la rendrai, » dit le Seigneur. Par la main droite de sa puissance et de sa sagesse il me sauvera. Que puis- je désirer de plus ?  Mon cœur, redis-toi souvent cette promesse et qu’elle te soit un sujet de confiance et de consolation dans tes tristesses; prie pour qu’il te rende la vie, et laisse le reste entre les mains du Seigneur qui accomplira toutes les choses pour toi.

  • Une promesse pour vous aujourd'hui

    Quand les nuées sont pleines, elles répandent la pluie sur la terre. Ecclésiaste 11.3.

    Pourquoi craindre les nuages qui viennent noircir notre ciel ? Ils nous cachent le soleil un moment, mais ne peuvent l’éteindre, et nous le verrons briller dans peu. Ces nuages sombres sont chargés de pluie, et plus ils sont noirs, plus abondantes seront les ondées qui s’en échapperont. Comment avoir de pluie sans nuages ?  Nos peines nous ont chaque fois amené des bénédictions et le feront toujours. Elles sont les sombres messagers de grâces bienfaisantes. Avant peu, ces nuées auront versé leur contenu, et l’herbe tendre se réjouira sous cette pluie fraîche. Notre Dieu peut nous abreuver de chagrin, mais il ne nous noiera pas dans sa colère : il nous rafraîchira plutôt de sa miséricorde. Les messages d’amour, souvent nous arrivent sous enveloppes à bords noirs, et si ses chariots grondent parfois sourdement, ils sont chargés de bienfaits. Sa verge bourgeonne de fleurs suaves, et de fruits exquis. Ne nous tourmentons pas du ciel noir, mais chantons plutôt, car les ondées d’avril nous apportent les fleurs de mai. Seigneur ! Les nuées sont la poussière de tes pieds. Au jour sombre et couvert, tu es près de nous. L’amour te contemple et se réjouit. La foi voit les nuages se déchargeant et faisant reverdir les collines et les plaines.