Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise Protestante Evangélique de Saintes

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Je traiterai avec elles (mes brebis) une alliance de paix, et exterminerai du pays les animaux sauvages; et mes brebis habiteront au désert en sûreté et dormiront dans les forêts. Ézéchiel 34.25.

    C'est une grâce insigne que Jéhovah condescende à faire alliance avec l’homme, cette créature faible, pécheresse et mortelle. Mais le Seigneur s’est cependant engagé avec lui par un contrat solennel dont il ne se retirera jamais. En vertu de cette alliance, nous sommes donc assurés. De même que les bêtes fauves et les loups sont chassés par les bergers, ainsi sommes-nous préservés par notre Berger des influences funestes. Notre Dieu nous garde de tout ce qui peut nous nuire ou nous détruire; les mauvaises bêtes seront exterminées du pays. Seigneur accomplis aujourd’hui cette promesse à notre égard. Le peuple de Dieu jouira de la sécurité dans les lieux mêmes où il serait le plus exposé. Le désert et les forêts obscures deviendront les pâturages et les parcs du troupeau de Christ. Si le Seigneur ne change pas ce lieu contre une position plus sûre, il rendra notre position sûre dans ce lieu même. Le désert n’est pas un lieu d’habitation; mais Dieu peut le rendre habitable. Et si, dans une forêt, on se sent plus disposé à veiller qu’à dormir, là même l’Éternel donnera le repos à ses bien-aimés. Rien au dehors, et rien au dedans n’aura le pouvoir d’effrayer un enfant de Dieu. Ainsi, par la foi, le désert peut devenir comme un boulevard du ciel, et les plus sombres bois, comme le vestibule de la gloire.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    J'ai constamment l’Éternel sous mes yeux; quand Il est à ma droite je ne chancelle pas. Psaume 16.8.

    Quelle est la meilleure manière de vivre. Ayant l’Éternel toujours devant nous, nous avons la plus noble des compagnies, le plus saint des exemples, la plus douce des consolations, la plus puissante des influences. Mais c’est là un choix déterminé à faire, et qui doit être maintenu pendant tout le cours de la vie : « Je me suis proposé l’Éternel. » Avoir un œil toujours fixé sur celui de son Maître, une oreille toujours prête à entendre sa voix, telle est la position normale de tout homme de Dieu. Son Dieu est tout près de lui, remplissant son horizon, traçant le sentier de sa vie. Que de folies nous seraient évitées, que de péchés nous surmonterions, combien nous déploierions de vertus et connaîtrions de joie, si nous avions l’Éternel toujours devant nous ! Pourquoi pas ? C’est le secret de la sécurité. Le Seigneur remplissant toujours nos pensées, nous éprouverions une grande tranquillité et une réelle assurance du fait de sa constante proximité ! Il est à notre droite pour nous guider et nous aider; aussi nous ne sommes pas effrayés devant la force, la fraude ou la légèreté des hommes. Quand Dieu est à notre droite, nous sommes sûrs de ne pas être ébranlés. Venez seulement, ennemis de la vérité; précipitez-vous sur moi, si vous le voulez, comme une tempête. Dieu me garde et me maintient; il demeure avec moi. De qui aurais-je peur ?

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Celui qui marche en intégrité, marche en assurance. Proverbes 10.9.

    La marche d’un tel homme peut être lente, mais elle est sûre. Celui qui se hâte de s’enrichir ne sera ni innocent, ni assuré; mais celui qui reste ferme dans l’intégrité et qui y persévère, s’il n’acquiert pas de grands biens, gagne en tout cas la paix. En faisant ce qui est juste et droit, nous marchons sur un rocher, car chacun de nos pas s’appuie sur un sol ferme et solide; tandis que le plus beau succès obtenu par des moyens douteux sera toujours incertain ou trompeur. Celui qui l’a ainsi remporté sera constamment effrayé par la pensée du règlement des comptes et la crainte de se voir condamné. Attachons-nous donc à la vérité et à la justice ; et par la grâce de Dieu, imitons notre Seigneur et Maître, dans la bouche duquel il ne s’est trouvé aucune fraude. Ne craignons pas d’être pauvre, ni d’être traité avec mépris; et qu’en aucun cas et sous aucun prétexte nous ne fassions ce que notre conscience ne saurait approuver. Perdre la paix intérieure, c’est perdre plus qu’une fortune. En suivant le chemin tracé par notre Dieu, en ne péchant jamais contre les indications de notre conscience, notre route sera sûre et à l’abri de toute mauvaise rencontre. « Qui, nous fera du mal, si nous nous conformons au bien ? » Les fous nous traiteront de fous peut-être, si nous agissons intègrement, mais nous serons approuvés de tous ceux dont le jugement est droit. Nous le serons en tout cas du Dieu de justice et c’est tout ce que nous demandons.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    L’Éternel, qui est celui qui marche devant toi, sera lui-même avec toi ; il ne te laissera point, ni ne t’abandonnera point : ne crains donc point, et ne sois point effrayé. Deutéronome 31.8.

    Voici une déclaration qui, si nous avons une grande œuvre ou une dangereuse lutte en perspective, nous affermira pour cette entreprise. Si l’Éternel marche devant nous, nous sommes en sûreté derrière lui. Qui peut s’opposer à notre marche, quand le Seigneur est à notre avant-garde ? Compagnons d’armes, avancez bravement ! Pourquoi hésitez-vous, quand la victoire vous appartient ? Le Seigneur, non seulement nous précède, mais nous accompagne. Au-dessus et au-dessous, au dehors et au dedans; partout, sa toute présence et sa toute puissance se font sentir. En tout temps et pour l’éternité, il sera avec nous, comme il l’a été jusqu’ici. Quelle force cette pensée ne donnera-t-elle pas à notre bras ? Elevez-le hardiment, soldats de la croix, car l’Éternel des armées est avec nous ! Marchant devant nous et avec nous, le Seigneur ne nous retirera jamais son secours. Il ne peut se renoncer lui-même, et il ne pourra pas non plus nous faire défaut, mais il nous aidera selon nos besoins, et cela jusqu’à la fin. Il sera toujours prêt à nous donner son aide et capable de nous secourir, jusqu’à ce que le temps de nos luttes soit achevé. Ne craignons donc point et ne soyons point effrayés, car l’Éternel des armées descendra au combat avec nous, supportera l’ardeur de la bataille et nous donnera la victoire.

  • Une promesse pour vous aujourd'hui

    Je me réjouirai sur eux pour leur faire du bien. Jérémie 32.41.

    Qu'il est bienfaisant pour le cœur du croyant de penser que Dieu se réjouit en ses saints ! Quand nous nous considérons nous-mêmes, nous ne découvrons aucune raison qui l’y invite. Nous ne trouvons guère de satisfaction en nous, mais bien plutôt nous gémissons accablés, déplorant notre état de péché et nos infidélités. Nos frères n’ont, eux-mêmes, que peu de plaisir à nous voir, à cause des imperfections et des infirmités qu’ils constatent chez nous. Mais quelle glorieuse déclaration; quel mystère insondable ! Le Seigneur se réjouit à notre sujet ! Nulle part nous ne lisons que Dieu se réjouisse dans les beautés de la création; et ce n’est point des anges ni des séraphins qu’il dit: « On t’appellera: mon plaisir en toi. » Non, c’est au sujet de son peuple seul qu’il s’exprime ainsi. Ce sont de pauvres créatures souillées et corrompues par le péché, mais sauvées, relevées et glorifiées par sa grâce qui font le sujet de son chant d’allégresse. «Il se réjouira à cause de toi d’une grande joie; il se réjouira à cause de toi avec un chant de triomphe, » dit-il à propos de son peuple. Il semble qu’à la vue de ceux qu’il a rachetés par son sang, le cœur du Dieu infini ne puisse se contenir. Et nous, à une si merveilleuse preuve de son amour, ne répondrons-nous pas en « poussant des cris de réjouissance à l’Éternel, au Dieu de notre salut ? ».

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Celui qui boira de l’eau que le lui donnerai, n’aura jamais soif. Jean 4.14.

    Celui qui croit en Jésus trouve en lui la plénitude dès maintenant et pour toujours. Il a en Christ une source de joie, une fontaine de consolation, où il puise le contentement et le bonheur. Mettez-le dans une prison, il y trouvera une compagnie; menez-le dans un désert aride, il y mangera le pain céleste; éloignez-le de toutes ses relations, il rencontrera l’Ami qui est plus attaché qu’un frère. Que son abri lui manque soudain, il se réfugie derrière le Rocher des siècles; que ses espérances terrestres s’écroulent, il demeurera ferme, bien appuyé sur le Seigneur. Tant que Jésus n’y est pas entré, le cœur est aussi insatiable que la tombe; mais alors il devient une coupe débordante, car la plénitude qui est en Christ le remplit. Le vrai croyant est si complètement satisfait en Jésus, qu’il ne désire rien de plus, sinon de boire, toujours plus avidement à cette fontaine de vie. C’est cette douce soif que tu ressentiras désormais, cher enfant de Dieu, soif dénuée de souffrance, qui n’est que le désir de pénétrer plus profondément dans l’amour de ton Sauveur. La connais-tu ? Trouves-tu en Jésus la réponse à tous tes besoins, tellement que tu n’en aies plus d’autre que de le connaître mieux et de vivre dans une intimité plus complète avec lui ? Viens à cette source, et puises-y gratuitement l’eau de la vie. Jésus ne trouvera jamais que tu en prennes trop. Bien-aimé, bois-en abondamment.