Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise Protestante Evangélique de Saintes

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Vous, tous les bouts de la terre, regardez vers moi, et soyez sauvés; car je suis le Dieu fort, et il n’y en a point d’autre. Esaïe 45.22.

    C'est là la promesse des promesses et le fondement de notre vie spirituelle. Le salut, c’est un regard sur le Dieu juste et Sauveur. Combien est simple cette invitation: « Regardez vers moi, » et raisonnable la condition présentée! Pour la créature, regarder au Créateur, c’est élémentaire. Assez longtemps nous avons tourné nos yeux ailleurs, et il est temps pour nous de ne plus regarder que Celui qui nous invite à nous attendre à lui, et nous promet son salut. Il nous demande un seul regard, et nous le lui refuserions ! Que lui apporter d’autre, sinon ce regard détaché de nous-mêmes et tourné sur lui, notre Sauveur, et vers le trône où il est remonté après la mort de la croix ? Un regard ne demande ni préparation ni effort violent; il n’exige ni esprit, ni sagesse, ni force, ni richesse de notre part. Tout ce dont nous avons besoin, nous le trouvons dans le Seigneur notre Dieu, et si nous regardons à lui pour toutes choses, toutes choses seront à nous, et nous serons sauvés. Vous qui êtes loin, venez et regardez; vous, tous les bouts de la terre, tournez vos yeux vers lui. De même que des régions les plus lointaines, les hommes voient le soleil et jouissent de sa lumière, de même, vous qui êtes dans l’ombre de la mort et touchez aux portes de l’enfer, vous pouvez par un regard recevoir la lumière de Dieu, la vie du ciel, le salut de Jésus-Christ.

  • Promesses pour aujourd'hui

    Car il a rassasié l’âme qui était vide, et rempli de biens l’âme affamée. Psaume 107.9.

    Il est bon d’avoir des soupirs, et plus ils sont intenses, plus ils ont de valeur. Dieu aime à satisfaire ces désirs de nos âmes, quelque profonds et absorbants qu’ils puissent être. Désirons beaucoup, afin que Dieu donne beaucoup. Notre état d’âme n’est jamais sain, tant que nous sommes satisfaits de nous-mêmes et ne sentons pas de besoins. Ces soifs d’une grâce plus grande, ces soupirs qui ne peuvent s’exprimer sont des peines qui vont croissant d’intensité; mais ces peines, nous voudrions les ressentir toujours davantage. Oh, que ton Esprit de grâce nous fasse soupirer et crier toujours plus ardemment pour des choses toujours meilleures ! La faim n’est jamais une sensation agréable; mais heureux ceux qui ont faim et soif de justice. Non seulement leur faim sera apaisée, mais elle sera entièrement rassasiée. Ils recevront, non une nourriture grossière et ordinaire, mais il leur sera servi des aliments dignes de leur Seigneur, et fourni des biens provenant de l’abondance de Jéhovah. Qu’ils ne se tourmentent donc point, ceux qui soupirent à cause des besoins et de la faim qu’ils éprouvent, mais qu’ils joignent leur voix à celle du Psalmiste, qui, lui aussi, languit que Dieu se magnifie, et « qu’ils célèbrent les bontés de l’Éternel et ses merveilles parmi tes fils des hommes. »

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Depuis ce jour-ci je bénirai. Aggée 2.19.

    Si les choses à venir nous sont cachées, nous avons cependant dans cette promesse: « Dès ce jour je bénirai, » comme un miroir qui nous permet de contempler par avance les années de nos vies, avant même qu’elles soient nées. Remarquons à quelle circonstance cette promesse se rapporte. Les récoltes avaient manqué, frappées par la nielle et la grêle, à cause du péché du peuple. Mais le Seigneur voit maintenant ceux qu’il a ainsi châtiés, commencer à obéir à sa parole et à reconstruire son temple, et il s’adresse à eux pour leur dire: « Considérez ce qui est arrivé depuis ce jour que tes fondements du temple sont jetés mais depuis ce jour je bénirai. » Si nous avons aussi vécu dans le péché jusqu’ici, et que l’Esprit nous conduise à y renoncer, faisons-le sans retard: ainsi seulement, nous pourrons compter sur la bénédiction de Dieu. Son sourire, son Esprit, une révélation plus étendue de la Parole seront les fruits de cette bénédiction. Notre fidélité sera peut-être cause d’une plus grande opposition de la part de l’homme, mais nous entrerons en relations plus intimes avec notre Dieu Sauveur, qui nous donnera une vue toujours plus claire de notre acceptation. Seigneur, je suis résolu à être désormais plus vrai avec toi, plus consciencieux à obéir à tes enseignements, et je te prie au nom de Jésus que ma vie soit de plus en plus bénie.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    En ce temps-là l’Éternel sera le protecteur des habitants de Jérusalem ; le plus faible d’entre eux sera en ce temps-là comme David, et la maison de David sera comme des anges, comme l’ange de l’Éternel devant leur face. Zacharie 12.8.

    Une des meilleures méthodes que Dieu emploie pour défendre son peuple est de le fortifier par la puissance intérieure dont il le remplit. Les hommes qui l’ont reçue sont plus forts que des murailles; leur foi plus ferme que des tours. Le Seigneur peut prendre le plus faible parmi nous, et en faire, comme de David, le champion d’Israël. Seigneur, rends-moi un homme semblable à lui. Infuse en moi ta puissance et remplis-moi de ce saint courage, qui me permet d’affronter les géants, en me confiant en Dieu. L’Éternel peut rendre ses meilleurs combattants plus grands encore. David peut être comme Dieu, comme l’ange de l’Éternel. La chose semble étonnante; mais si elle n’était pas possible, il n’en serait pas parlé. Seigneur, opère donc cette merveille pour les plus puissants de tes témoins. Montre-nous ce dont tu es capable, et élève tes serviteurs fidèles à un degré de grâce et de sainteté, qu’on reconnaisse vraiment pour être surnaturel et divin. Seigneur, demeure dans tes saints, et ils seront comme Dieu; verse ta puissance en eux et ils seront comme ces êtres célestes qui habitent devant la face de l’Éternel. Accomplis cette promesse pour ton Église entière dès maintenant pour l’amour de Jésus. Amen !

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Car l’Éternel ne quittera point son peuple, et n’abandonnera point son héritage. Psaume 94.14.

    Non, il ne rejettera aucun d’entre eux. Les hommes abandonnent ou repoussent; le Seigneur jamais, car son élection est invariable et son amour éternel. On ne trouvera pas une seule âme que Dieu ait abandonnée, après s’être révélé elle pour être son salut. Cette grande vérité est affirmée dans ce psaume, pour fortifier les cœurs affligés. L’Éternel châtie les siens, mais ne les abandonne pas. Le résultat de cette double action de la loi et de sa verge est notre instruction; et le fruit de cette instruction est un apaisement d’esprit, et une sagesse intérieure qui conduisent à un tranquille repos. Les infidèles sont laissés à eux-mêmes jusqu’à ce qu’ils tombent finalement dans la fosse qu’ils auront creusée : tandis ne les croyants sont mis à une école dont le but est de les préparer aux glorieuses destinées qui les attendent. Le jugement atteindra plus tard les rebelles et achèvera l’œuvre de la justice, en vengeant, en même temps, les hommes intègres et pieux. Supportons donc le châtiment avec une calme soumission, car son mobile est, non la co1ère, mais l’amour.

    Je reçois avec joie,

    Tout ce que Dieu m’envoie ;

    Et, dans l’adversité,

    Quand sa main me châtie,

    D’un Dieu qui m’humilie

    Je respecte la volonté.

  • Une promesse pour vous aujourd'hui

    Aucunes armes forgées contre toi ne réussiront; et tu condamneras toute langue qui se sera élevée contre toi en jugement. Esaïe 54.17.

    Il y a grand cliquetis et grand bruit dans les forges et les ateliers de l’Ennemi, car on y fabrique les armes destinées à frapper les saints. C’est une chose qui ne lui serait pas même possible, si le Seigneur des saints ne l’y autorisait, car c’est lui qui a créé l’artisan qui attise les charbons du feu. Voyez avec quelle ardeur on travaille; combien d’épées et de lances sont déjà forgées. Mais elles ne pourront pas même servir, car sur le fer de chacune est inscrit : « Elles ne réussiront pas. » Mais écoutez un autre bruit; c’est le murmure des voix. Les langues sont des instruments plus terribles encore que ceux forgés par le marteau et l’enclume, et le mal qu’elles produisent pénètre plus profond et s’étend plus loin. Que va-t-il advenir de nous devant ce danger: la calomnie, la fausseté, les insinuations, le ridicule ? Comment pouvons-nous nous y soustraire ? Mais le Seigneur Dieu promet que si nous ne pouvons leur imposer silence, nous échapperons au moins à la ruine dont elles nous menacent. Elles nous condamnent, il est vrai, aujourd’hui, mais nous les condamnerons à la fin, et pour toujours. La bouche de celui qui profère le mensonge sera fermée, et les faussetés qu’elle aura prononcées tourneront à honneur pour ceux qui en auront souffert.