Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise Protestante Evangélique de Saintes

  • Les trésors de la foi de Charles Haddon Spurgeon

    Ceux qui auront été intelligents brilleront comme la splendeur de l’étendue; et ceux qui en auront amené plusieurs à la justice luiront comme les étoiles à toujours et à perpétuité. Daniel 12.3.

    Voici une parole propre à me réveiller, et qui place devant moi un but en vue duquel il vaut la peine de vivre. Être intelligent est une chose de grand prix : mais l’intelligence dont il est question ici est une intelligence divine que le Seigneur seul peut accorder. Me connaître moi-même, connaître mon Dieu, mon Sauveur ! O Dieu, enseigne-moi à mettre en pratique la vérité divine et à vivre à sa lumière. Le but de ma vie est-il intelligent ? Est-ce que je recherche ce que je devrais rechercher ? Est-ce que je vis comme je voudrais avoir vécu quand viendra le jour de ma mort ? Cette sagesse seule peut m’assurer cet éclat permanent comme la lumière du jour éternel. Gagner des âmes est un but glorieux, et il faut être déjà sage pour en conduire une seule à la justice : bien plus encore pour en amener plusieurs. Oh ! Que j’aie cette connaissance de Dieu et de sa Parole, des hommes et de Christ, pour pouvoir en amener un grand nombre à la conversion ! Je me consacrerai alors à cela et n’aurai de repos que je n’y sois parvenu. Cela vaut mieux pour moi que de briller dans le monde par les succès ou les honneurs. Je brillerai un jour comme une étoile céleste, même comme plusieurs étoiles, à toujours et à perpétuité ! Mon âme réveille-toi. Seigneur vivifie-moi.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    De même aussi Christ ayant été offert une fois pour ôter les péchés de plusieurs, paraîtra une seconde fois sans péché à ceux qui l’attendent pour obtenir le salut. Hébreux 9.28.

    C'est là notre espérance. Celui auquel nous avons regardé comme venu une fois pour ôter les péchés de plusieurs, se manifestera une seconde fois aux fils des hommes. C’est là une heureuse perspective. Mais cette seconde apparition présentera certains traits spéciaux qui la rendront plus glorieuse. Notre Sauveur n’aura plus rien à faire avec le péché. Il l’a si complètement effacé de son peuple, il en a porté la peine d’une manière si effective, qu’il n’aura plus à s’en occuper lors de sa seconde venue. Il ne présentera plus d’offrande pour le péché, car il aura détruit le péché. Le Seigneur achèvera alors l’œuvre du salut de son peuple, qui sera entièrement et définitivement délivré et jouira à tous égards de la plénitude de ce salut. Il ne vient pas pour porter la conséquence de nos péchés, mais pour nous apporter le résultat de son obéissance; non pour détourner notre condamnation, mais pour achever notre salut. Notre Sauveur n’apparaîtra ainsi qu’à ceux qui l’attendent, mais il ne se présentera point avec le même caractère à ceux dont les yeux sont aveuglés par l’égoïsme et le péché. Pour eux il ne sera pas autre chose qu’un juge terrible. Regardons à lui pour notre salut maintenant, et alors nous pourrons l’attendre pour le salut réalisé. Ce regard nous donnera la vie.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Ta chaussure sera de fer et d’airain, et ta force durera autant que tes jours. Deutéronome 33.25.

    Deux choses sont préparées pour le pèlerin les chaussures et la force. Les chaussures lui sont nécessaires pour voyager sur des routes raboteuses et mauvaises et pour fouler des ennemis mortels. Nous ne marcherons pas nu-pieds : ce ne serait pas convenable pour des princes de sang royal. Nos chaussures ne seront point de matière commune, mais auront des semelles durables en métal qui ne s’useront point quand même le voyage serait long et difficile. Nous serons protégés en raison des nécessités de la route et du combat. Marchons donc bravement et ne craignons aucun mal, même si nous avions à mettre le pied sur des serpents venimeux ou sur le dragon lui- même. Notre force aussi durera autant que nos jours; et elle sera proportionnée à l’effort demandé et au fardeau à porter. Suivant nos jours notre force, tel est le sens clair de ce texte. Si en ce jour nous sur vient une épreuve pénible ou un travail demandant toute notre énergie, une force équivalente nous sera donnée aussi. Cette promesse faite à Ascer est aussi pour tous ceux qui ont assez de foi pour se l’approprier. Qu’elle nous donne donc la hardiesse qu’elle est destinée à produire dans le cœur croyant qui s’engage au service de Dieu.

  • Promesses pour aujourd'hui

    C’est pourquoi voici, je l’attirerai après que je l’aurai fait aller dans le désert, et je lui parlerai selon son cœur. Osée 2.14.

    Notre Dieu, voyant quels sont pour nous les attraits du péché, a résolu, afin de nous ramener à lui, d’user de l’attrait plus puissant de son amour. Ne nous souvenons nous pas du premier charme qu’il nous fit éprouver pour nous arracher à la fascination du monde ? Il l’exercera et l’exercera encore, chaque fois qu’il nous verra en danger d’être enlacés par le mal. Il veut, afin d’avoir plus d’action sur nous, nous tirer à part en un lieu qui ne sera pas le paradis, mais bien un désert où rien ne puisse détourner notre attention de lui. Dans cette solitude, la présence du Seigneur de vient tout pour nous, et nous estimons dans ce moment sa compagnie bien plus précieuse que celle de nos amis, alors que nous étions assis sous notre vigne et notre figuier. L’isolement et l’affliction font plus pour nous rapprocher de notre Père céleste que tout autre moyen. Quand il nous a mis à part et amenés à lui, le Seigneur peut alors nous dire des choses douces et excellentes pour notre consolation; il « parle à notre cœur, » comme nous le dit le texte. Oh puissions-nous savoir par expérience le prix de cette promesse. Attirés par son amour, séparés par l’affliction et consolés par l’Esprit de vérité, nous connaîtrons le Seigneur et éclaterons en chants d’actions de grâce. Gloire soit à sa sagesse et à son amour infini !

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Le peuple de ceux qui connaîtront leur Dieu prendra courage. Daniel 11.32.

    L’ÉTERNEL est le Dieu des armées, l’Éternel est son nom. » Ceux qui s’enrôlent sous sa bannière auront un commandant qui les exercera au combat, et leur donnera vigueur et valeur. Les temps que Daniel signale sont des plus difficiles, mais il est promis que le peuple de Dieu en sortira dans les meilleures conditions. Il aura force et énergie pour affronter le puissant adversaire. Oh! Apprenons à connaître notre Dieu, sa puissance, sa fidélité, son immuable amour, et soyons prêts à tout risquer pour lui. Il est digne d’exciter notre enthousiasme, en sorte que nous soyons prêts à vivre et à mourir pour lui. Qu’il devienne en même temps notre compagnon habituel; alors nous lui ressemblerons bientôt, et nous nous lèverons pour la vérité et la justice. Celui qui vient de contempler la face de Dieu ne craindra jamais de rencontrer celle de l’homme. Demeurons avec lui, et nous y gagnerons un cœur héroïque qui ne redoutera pas plus une armée d’ennemis qu’une feuille d’arbre. Une troupe innombrable d’hommes et même de démons sera devant nos yeux comme les nations devant Dieu, à qui elles paraissent comme des sauterelles. Que Dieu nous donne, dans cette époque de mensonge, d’être vaillants pour la vérité.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    Je délivrerai la boiteuse. Sophonie 3.19.

    Il y a beaucoup de boiteux des deux sexes. Vous pouvez rencontrer « celle qui boite » vingt fois en une heure. On les voit sur les grandes routes, cherchant à marcher avec le plus de diligence possible; mais elles sont estropiées et souffrent de la marche. Sur la route céleste il y a beaucoup de ces impotents. Il se peut que plusieurs se disent en eux-mêmes : « Qu’adviendra-t-il de nous ? Le péché nous surmontera et Satan nous renversera. Prêts à tomber, comme nous le sommes, le Seigneur ne pourra jamais faire de nous de bons soldats ni de rapides messagers. » Eh bien, « je délivrerai la boiteuse, » dit l’Éternel, et en faisant cela il se glorifiera lui-même. « Les boiteux marchent, » disait Jésus aux disciples de Jean- Baptiste. Et on s’écriera avec étonnement: « Comment cette pauvre infirme a-t-elle pu gagner le prix de la course et obtenir la couronne ? » La louange en reviendra tout entière à l’Auteur de toute grâce. Seigneur, quand même je trébuche dans ma foi, dans la prière, dans la louange, dans le service, dans la patience, sauve-moi, je t’en supplie. Toi seul peux fortifier des infirmes tels que moi. Ne me laisse pas périr, quoique je sois parmi les traînards, mais, par ta grâce, recueille-moi, moi le plus lent de tes pèlerins. C’est pourquoi, quand j’aurais, comme Jacob, le tendon démis, j’avancerai courageusement, victorieux par la prière. Il l’a prononcé, cela sera.