Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    15 Novembre - Mon Dieu pourvoira aussi à tous vos besoins, selon ses richesses, et avec gloire, par Jésus-Christ. Philippiens 4.19.

    Le Dieu de Paul est notre Dieu, et il pourvoira à tous nos besoins. Paul avait cette certitude au sujet des Philippiens, et nous avons, nous aussi, cette même assurance. Dieu pourvoira suivant sa promesse, car c’est selon lui: il nous aime, il désire nous bénir, et il sera glorifié en agissant ainsi sa miséricorde, sa puissance, son amour, sa fidélité travailleront ensemble à ce que nous ne soyons pas réduits à l’extrémité. Dans quelle mesure s’engage-t-il à nous donner ? « Selon ses richesses et avec gloire en Jésus-Christ. « Si les richesses de sa grâce sont déjà immenses, que seront les richesses de sa gloire ? Les richesses de sa gloire en Jésus-Christ, qui les estimera ? Or c’est suivant sa mesure, qui est incommensurable, que Dieu veut combler l’abîme si profond de nos besoins. Son fils Jésus est le réceptacle en même temps que le canal de sa plénitude, et il nous fait part de la manière la plus large des trésors de son amour. L’auteur de ces lignes a su par expérience ce que sont l’épreuve et les difficultés dans l’œuvre du Seigneur. Sa fidélité a été récompensée par la colère, et il a vu de généreux souscripteurs lui retirer leur libéralité. Mais celui qu’ils avaient ainsi voulu punir n’en a pas été plus pauvre d’un centime; au contraire, il a reçu davantage, car il a vu la promesse de l’Écriture: «Mon Dieu pourvoira à tous vos besoins», recevoir son exécution.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    14 Novembre - Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. Jean 14.14.

    Quelle latitude dans cette promesse ! Quelque chose, quoi que ce soit ! Petits ou grands, tous mes besoins sont compris dans cette expression. Va donc, mon âme, avec liberté et hardiesse au trône de grâce et ouvre ta bouche grande, elle sera remplie. Quelle sagesse en même temps ! Nous devons toujours demander au nom de Jésus. Si cela t’encourage, cela l’honore. C’est un secours continuel qui nous est offert. Il y a certaines circonstances où tout secours paraît nous être fermé, même celui qui s’appuie sur notre relation avec Dieu, ou sur l’expérience que nous avons faite de sa grâce. Mais le nom de Jésus est alors toujours valable et puissant devant le trône de Dieu, et peut nous servir d’appui. Quelle instruction aussi pour la prière ! Je ne peux présenter aucune demande à laquelle Christ ne puisse apposer sa main et sa signature. Je n’oserai jamais me servir du nom de mon Sauveur pour une requête égoïste ou volontaire. Je ne puis en user que pour les prières qu’il ferait lui-même s’il était dans mon cas. C’est un haut privilège que d’être autorisé à demander au nom de Jésus, car c’est comme si Jésus priait lui-même, et l’amour que nous avons pour lui nous empêchera de mettre son Nom là où nous sentons qu’il ne le mettrait pas. Les choses que je demande dans mes prières, Jésus les approuve-t-il, et son sceau peut-il y être apposé ? Dans ce cas, j’obtiens ce que je cherche auprès du Père.

  • Une promesse pour vous aujourd'hui

    13 Novembre -Voici, celui qui garde Israël ne sommeillera point et ne s’endormira point. Psaume 121.4.
    L'Éternel est le gardien d’Israël. Aucun état d’inconscience, d’assoupissement, ni de sommeil ne peut le surprendre. Il veille constamment sur la demeure comme sur le cœur de son peuple. C’est là une raison suffisante pour que nous demeurions dans une paix parfaite.
    Alexandre le Grand disait qu’il pouvait dormir quand son ami Parménion veillait. A bien plus forte raison pouvons nous être en repos quand notre Dieu fait lui-même la garde. Le terme « voici » figure à la tête de notre passage pour fixer notre attention sur cette déclaration si rassurante. Jacob a pu s’endormir avec une pierre comme oreiller, parce que Dieu veillait sur lui et vint lui parler dans une vision. Nous aussi, quand nous nous trouverons seuls et sans défense, l’Éternel lui-même nous protégera. Le Seigneur garde son peuple, ainsi qu’un homme riche garde ses trésors, qu’un capitaine défend une ville avec la garnison qu’il commande, qu’une sentinelle veille devant le poste où elle a été placée. Aucun mal ne peut atteindre ceux qui sont sous son égide. Confions-lui notre âme. Il ne nous oublie jamais, n’interrompt jamais ses soins vigilants, ne renonce jamais à nous secourir. O mon Dieu, garde-moi, de peur que je ne m’égare, ne tombe et ne périsse. Garde-moi, afin que je garde tes commandements. Que ta sollicitude, qui jamais ne sommeille, me préserve de dormir du sommeil du paresseux et plus encore de celui de la mort !

  • Promesses

    12 Novembre - Le Seigneur ne rejette pas à toujours. Lamentations de Jérémie 3.31.

    Il peut nous rejeter pour une saison, mais non pas à toujours. Une femme peut quitter ses bijoux pour quelque temps, mais elle ne les oublie pas et ne les jette pas aux balayures. Cela ne ressemblerait point au Seigneur de rejeter ceux qu’il aime, car il est dit que: « Comme il avait aimé les siens, il les aima jusqu’à la fin. » Quelques-uns parlent de chrétiens en état de grâce ou sortis de grâce, comme s’il s’agissait d’animaux qui rentrent dans leur gîte, ou en sortent à volonté. Or l’amour de notre Sauveur envers les siens est trop profond et trop fidèle pour qu’il puisse en être ainsi. II nous a choisis dès l’éternité et nous aimera pour l’éternité tout entière. Il nous a assez aimés pour mourir pour nous et nous pouvons être sors que son amour ne cessera jamais. Son honneur est engagé dans le salut du croyant, et rejeter ce lui-ci serait se dépouiller de son vêtement de Roi de gloire. Non, non ! La tête ne se sépare point des membres; l’époux ne répudiera jamais son épouse. Vous êtes-vous crus rejetés ? Comment avez-vous pu si mal penser du Seigneur qui est le fiancé de votre âme ? Repoussez désormais de telles craintes et ne leur donnez aucun accueil. «Le Seigneur n’a point rejeté son peuple qu’il avait connu auparavant » (Romains 11.2) « Il hait la répudiation » (Malachie 2.16)

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    11 novembre - Car le péché n’aura point de domination sur vous, parce que vous n’êtes point sous la loi, mais sous la grâce. Romains 6.14.

    Toutes les fois qu’il le peut, le péché cherche à régner en nous et à occuper le trône de notre cœur. Nous en venons même parfois à redouter qu’il ne nous asservisse entièrement, et nous nous écrions devant le Seigneur: « Qu’aucune iniquité ne domine sur moi ! » Consolante est sa réponse: « Le péché n’aura point de domination sur vous » Il vous assaillira peut-être et vous blessera, mais il n’établira jamais sa souveraineté sur vous. Si nous étions sous la loi, notre péché se renforcerait et nous tiendrait sous sa domination, car c’est là le châtiment de l’homme qui pèche d’être assujetti à la puissance du péché. Mais si nous sommes sous l’alliance de grâce, nous sommes assurés, par les termes de cette alliance même, que nous ne pouvons être séparés du Dieu vivant. La grâce qui nous est promise est, tout au contraire, que nous serons guéris de nos infidélités, purifiés de nos iniquités, affranchis des chaînes du péché. Nous pourrions à juste titre nous désespérer si nous étions des esclaves obligés de travailler durement pour acquérir la vie éternelle; mais, devenus les affranchis du Seigneur, nous prenons courage pour triompher de nos tentations et de notre corruption, sachant que le péché ne peut plus nous retenir sous sa domination, et que Dieu lui-même nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ, à qui soit gloire éternellement. Amen !

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    10 novembre - Il ne permettra point que ton pied soit ébranlé. Psaume 121.3.

    Si le Seigneur ne le permet pas, les hommes ni le diable ne réussiront à ébranler mon pied. Quelle joie pour eux, s’ils pouvaient être les témoins d’une chute, nous voir déchoir de notre position et nous effacer de devant leurs yeux ! Leurs efforts les y feraient sûrement parvenir pour la satisfaction de leur cœur, si un obstacle, un seul, ne s’y opposait : Le Seigneur, qui ne le permettra pas. Or, si Dieu ne le permet pas, qu’avons-nous à craindre ? Le sentier de la vie est semblable à un chemin alpestre. Par places, les précipices peuvent mettre notre pied en danger de glisser, notre tête de prendre le vertige et ainsi nos jambes de trébucher. Certains passages sont glissants comme la glace et d’autres raboteux et pierreux, rendant une chute difficile à éviter. Quelle raison de gratitude pour celui qui, pendant toute sa vie, aura été rendu capable de rester debout et préservé de tomber ! Car, sans la fidélité de l’amour divin qui affermit ses pas, comment le plus fort des enfants de Dieu pourrait-il résister à tous les pièges et à tous les dangers qu’il rencontrera, et tenir ferme, malgré la fatigue de la marche ? Mais « à Celui qui peut nous préserver de toute chute et nous faire paraître sans tache et comblés de joie en sa glorieuse présence à lui soit gloire, force et puissance au siècle des siècles. »

  • Promesses pour vous aujourd'hui

    9 novembre - Et ils sauront que moi, qui suis l’Éternel, leur Dieu, suis avec eux, et qu’eux, savoir, la maison d’Israël sont mon peuple, dit le Seigneur, l’Éternel. Ezéchiel 34.30.

    Appartenir au peuple particulier de Dieu est une bénédiction indigne, et savoir que nous sommes de ce peuple est un immense sujet de joie. Une chose est d’espérer que Dieu est avec nous, une autre de savoir qu’il l’est. Si la foi nous sauve, l’assurance nous donne la paix. Nous prenons Dieu pour notre Dieu quand nous croyons en lui, mais nous n’en avons de joie qu’une fois que nous sommes assurés qu’il est à nous et nous à lui. Ne nous contentons pas d’espérer seulement, mais demandons au Seigneur qu’il nous donne cette parfaite assurance, qui fait que des sujets d’espérance de viennent des sujets de certitude. Il faut être entré en possession de ces grâces, afin de pouvoir contempler le Seigneur comme cette « plante de renom » dont il est parlé plus haut, pour parvenir à une claire connaissance de la faveur de Dieu envers nous. Tournons donc continuellement, nos yeux dans la direction de cette libre grâce. L’assurance de la foi ne peut pas s’acquérir par les œuvres de la loi. Or c’est là l’Évangile qui nous est enseigné. Ne regardons pas à nous, mais au Seigneur uniquement. En voyant Jésus, nous verrons notre salut. Seigneur, envoie-nous un tel flot de ton amour que nous en soyons soulevés au-dessus de la vase du doute et de la crainte !