Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les trésors de la foi, de C.H Spurgeon

    20 février - L’Éternel te conduira éternellement. Ésaïe 58.11.

    Qu’est-ce qui t’inquiète ? Tu as perdu ton chemin ? Es-tu égaré dans quelque sombre bois, ne pouvant plus trouver le sentier ? Arrête-toi, et regarde le salut de ton Dieu. Il connaît le chemin et t’y conduira, si tu cries à lui. Chaque jour amène ses perplexités spéciales. Comme il est doux, alors, de sentir que la conduite de l’Éternel est continuelle ! Si nous choisissons notre propre chemin, ou si nous consultons la chair et le sang, nous rejetons la direction de Dieu ; mais si nous renonçons à notre propre volonté, il guidera chaque pas de notre route, chaque heure de notre journée, chaque jour de notre année, chaque année de notre vie. Si nous voulons seulement nous laisser guider, nous le serons; si nous voulons remettre notre voie à l’Éternel, il dirigera notre course si bien que nous ne pourrons pas nous égarer. Mais remarquez à qui est faite cette promesse. Voyez le verset qui précède: « Si tu ouvres ton âme à celui qui a faim. » Nous devons sympathiser avec les autres et leur donner, non quelques croûtes sèches, mais les choses que nous voudrions nous-mêmes recevoir. Si nous montrons un tendre soin de notre prochain à l’heure qu’il est dans le besoin, alors le Seigneur s’occupera de nos propres nécessités et sera toujours notre guide. Jésus est le guide, non des avares et de ceux qui oppriment le pauvre, mais de ceux qui sont bons et compatissants. De tels pèlerins ne perdront jamais leur chemin.

  • Les trésors de la foi de Charles Haddon Spurgeon

    19 février - Je t’ai affligée, mais je ne t’affligerai plus. Nahum 1.12.

    Il y a une limite à l’affliction. Dieu l’envoie et la retire. Vous soupirez en disant « Quand viendra la fin ? » Souvenez-vous que vos peines prendront sûrement et définitivement fin avec cette pauvre vie terrestre. Attendons et acceptons donc patiemment la volonté du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. Toutefois notre Père céleste arrête sa verge quand son dessein a été entièrement accompli. Quand nous serons complètement corrigés de notre folie, il n’y aura plus de coups. Ou bien, si l’affliction nous est envoyée pour l’épreuve de notre foi, afin que notre soumission puisse glorifier Dieu, elle finira dès qu’il aura pu tirer sa louange de notre témoignage. Nous ne désirons donc pas que l’épreuve cesse avant qu’il ait pu lui faire rendre tout l’honneur et tout le fruit qu’elle doit lui rapporter. Il y aura peut-être aujourd’hui un grand calme. Qui sait si ces vagues furieuses ne vont pas faire place à une mer tout unie. Après qu’il a longtemps battu, le fléau est suspendu au mur, et le blé va reposer dans les greniers. Sans attendre bien des heures, nous pourrions nous trouver aussi heureux que nous sommes tristes à présent. Celui qui envoie les nuages peut aussi bien les dissiper. Ayons donc bon courage, et chantons déjà par avance un réjouissant alléluia.